à la Une

COMMUNIQUE DE L’ASSEMBLEE DES PARENTS : EGALITE, VRAIMENT ?

 

De l’Assemblée des Parents, association de parents d’élèves :

Un communiqué rédigé par des parents de Reynerie ayant obtenu une dérogation pour scolariser leur enfant dans un collège proche de leur domicile, et à qui le conseil départemental refuse la gratuité du transport scolaire au motif de « l’égalité de traitement ».

EGALITE, VRAIMENT ?

C’est la 3ème rentrée où les enfants de Reynerie, (rejoints cette année par ceux de Bellefontaine), doivent, sur décision du Conseil Départemental, intégrer un collège situé à l’autre bout de l’agglo alors qu’il y a une dizaine d’autres établissements plus proches de chez eux. Ce sont les seuls enfants de Toulouse dans cette situation ! Tous les autres petits toulousains bénéficient d’un collège de proximité.

Les enfants de Reynerie partent le matin à 7H 20 en bus, et reviennent entre 17H30 et 18H. Ils passent toute la journée au collège. Or, certains doivent suivre des traitements médicaux en semaine, d’autres ont des activités culturelles ou sportives démarrant à 17 heures, bien avant le retour du bus.

De plus les parents qui ne disposent pas de moyen de transport, (et qui ont souvent d’autres enfants plus jeunes) ne peuvent pas se rendre au collège facilement en cas de problème, pour rencontrer les enseignants, etc (pour aller à Balma, par exemple, un des collèges d’accueil il faut compter une heure de transport métro/bus + retour).

Pour ces motifs, des parents ont demandé et obtenu des « dérogations » auprès du rectorat. Quand des parents toulousains des autres quartiers de Toulouse demandent des dérogations, c’est pour éviter un collège situé près de chez eux, mais qui ne leur convient pas pour une raison ou une autre. Les parents de Reynerie eux,demandent une dérogation parce que le collège attribué par le conseil départemental, trop éloigné, ne permet pas une scolarisation correcte de leur enfant, au contraire d’un collège de proximité. Le rectorat a reconnu la légitimité de ces motifs en accordant les dérogations demandées.

Aujourd’hui, le Conseil départemental refuse d’accorder à ces enfants le bénéfice du transport scolaire gratuit, au motif qu’ils ne sont pas scolarisés dans leur « établissement de secteur », et en vertu d’une soi-disant « égalité de traitement ».

Le Conseil départemental, toujours prêt à donner des leçons de morale républicaine devrait revoir la définition de l’égalité. En effet,

  • Où est l’égalité quand les enfants de Reynerie et maintenant Bellefontaine sont les seuls enfants toulousains qui n’ont pas d’établissement de proximité ?
  • Où est l’égalité quand le conseil départemental accorde le bénéfice du transport scolaire à des collègiens scolarisés dans un établissement privé plus proche de leur domicile que l’établissement public de secteur, et le refuse à des enfants scolarisés dans un collège public plus proche de chez eux que leur collège de secteur ? Et qu’on ne vienne pas nous parler de respect de la carte scolaire, avec un secteur situé à l’autre bout de l’agglo, avec entre 10 et 20 établissements publics ou privés entre lecollège et le domicile !Plutôt que d’égalité, il ne vaudrait pas mieux parler de discrimination ?

    C’est quand même le conseil départemental qui a décidé de fermer les collèges où ces enfants auparavant se rendaient à pied. Nous avons l’impression d’un acharnement. Pourquoi le conseil départemental en veut-il autant à nos enfants ? Pourquoi est-ce qu’il n’accepte pas notre compétence de parents ? Nous cherchons le meilleur pour nos enfants, et les meilleures conditions pour leur scolarité, comme tous les autres parents.

    Nous demandons que, comme l’a fait le rectorat, le conseil départemental reconnaisse aux enfants de Reynerie le même droit à un collège de proximité qu’aux autres élèves de Toulouse, par la gratuité du transport solaire. C’est ça la justice, c’est ça l’égalité.

    L’Assemblée des Parents

    assembleedesparents@gmail.com

En Annexe : extrait du règlement des transports scolaires du conseil départemental 31 « 1.B.1.b. Elèves scolarisés dans les collèges ou lycées privés

1er cas : Ils bénéficient de la prise en charge de la distance séparant le domicile de l’établissement public de rattachement sous réserve que l’établissement privé se situe à l’intérieur du territoire défini par la carte scolaire et à une distance supérieure ou égale à celle séparant le domicile de l’établissement public de rattachement.

2ème cas : Toujours à l’intérieur du territoire défini par la carte scolaire, la gratuité est accordée pour la distance séparant le domicile de l’établissement privé fréquenté si celui-ci est plus proche que l’établissement public de rattachement.

Dans tous les cas, la prise en charge du transport scolaire est refusée dès lors que l’établissement privé fréquenté se situe hors du territoire défini par la carte scolaire. »

Le problème étant que pour les enfants de Reynerie, le territoire défini par la carte scolaire consiste en un seul établissement situé à 30 minutes de trajet minimum et qu’entre le domicile et cet établissement se trouvent une quantité d’autres collèges publics ou privés.

 

à la Une

Article dans la presse : Des parents d’élèves obtiennent une dérogation pour un collège de proximité

Un nouvel article paru dans la Dépêche suite au rassemblement et à la délégation de  » l’Assemblée des parents » reçue le 11 septembre 2019 au Rectorat.

Lien : https://www.ladepeche.fr/2019/09/12/des-parents-deleves-obtiennent-une-derogation-pour-un-college-de-proximite,8408869.php

Article en PDF : derogations 2019

 

à la Une

QUELQUES POINTS DE PRINCIPE A PROPOS DE LA LOI BLANQUER ET DE L’ECOLE QUE NOUS VOULONS :

Le texte qui suit est issu de nombreuses réunions entre parents, et aussi avec des enseignants.

Il a commencé à être écrit au début de la mobilisation sur la loi Blanquer. L’idée a été d’essayer de formuler en positif ce que l’on veut pour les enfants et pour l’école plutôt que de dire sur quels points on en est contre la loi. Cela demande de passer plus de temps entre nous, en réunions et discussions pour se mettre d’accord sur quelques points que l’on est prêt chacun(e) à porter.

Ces réunions passent d’une école à l’autre et rassemblent des parents de plusieurs écoles du Mirail mais aussi d’autres quartiers de la ville.

Nous espérons avoir vos retours. Continuer à lire … « QUELQUES POINTS DE PRINCIPE A PROPOS DE LA LOI BLANQUER ET DE L’ECOLE QUE NOUS VOULONS : »

à la Une

Livre Blanc pour la Jeunesse

Vous pouvez télécharger ici Livre blanc pour la Jeunesse, issu des Etats Généraux 2018-2019.

Ces Etats Généraux ont eu lieu à l’initiative de gens différents qui se sont rencontrés pour réfléchir ensemble, et à partir d’eux-mêmes.

Ce Livre Blanc met en avant 3 points principaux :

  • Pour que les jeunes ne soient plus traités en ennemis ;
  • Pour agir, car une partie des jeunes est en danger ;
  • Parce que les jeunes sont l’avenir !

Nous allons maintenant poursuivre ce travail en faisant connaitre ce Livre Blanc, et organiser des échanges, des rencontres avec tous ceux qui le veulent.

N’hésitez pas à envoyer vos avis, commentaires, propositions…

 

 

Présentation du Livre Blanc sur la jeunesse !

Nous relayons l’appel suivant :

La présentation du « Livre Blanc pour la jeunesse », issu des états généraux sur la jeunesse, aura lieu le samedi 18 Mai à 15h à l’atelier B (sur la dalle, métro Reynerie).

Ce Livre Blanc est issu des réunions qui se sont tenues durant l’année 2018-2019, et surtout de la journée des états généraux qui s’est tenue le 6 octobre 2018.

Ce travail a été réalisé par de nombreuses personnes, habitants des quartiers populaires et travailleurs dans ces quartiers (enseignants, travailleurs sociaux…), ainsi que des gens participant à des batailles collectives pour la jeunesse (maintien de collèges, souci de ne pas abandonner une partie des jeunes etc…). Continuer à lire … « Présentation du Livre Blanc sur la jeunesse ! »

Suite à l’article paru dans l’Express du 17/04 : réponse à la FCPE31

Texte en PDF : Réponse fcpe express

Toulouse, le 30 avril 2019

à Mme PALETOU,

Présidente de la FCPE 31

Objet : droit de réponse (Express n° 3537 du 17 avril 19)

Madame,

Dans l’article de l’Express n°3537 consacré à l’expérimentation « mixité sociale » pratiquée à Toulouse sur les enfants de Reynerie, vous déclarez : « …Malheureusement, la parole a été confisquée par certaines associations locales qui craignaient peut-être de perdre les subventions dont elles bénéficiaient jusqu’ici. »

Faisant partie des associations qui se sont opposées au projet, et en étant le fer de lance, nous tenons à faire une mise au point : Continuer à lire … « Suite à l’article paru dans l’Express du 17/04 : réponse à la FCPE31 »

Nous demandons au rectorat de respecter la parole donnée !

L’Assemblée des Parents (Association de parents d’élèves)

assembleedesparents@gmail.com

à Mme la Rectrice

de l’Académie de Toulouse

Objet : respect de votre parole pour les élèves du collège Badiou

Toulouse, le 22 mars 2019

Madame La Rectrice,

Nous, parents des collégiens de Raymond Badiou, nous sommes très remontés et mécontents.

Dès le début du projet, il y a 3 ans on vous a alertés sur le fait que les enfants qui sont en 4° cette année vont se retrouver tous seuls en 3° pour la dernière année du collège. Vos prédécesseurs et vous-même, vous aviez promis que nos enfants n’en subiraient pas les conséquences. Mme Laporte, DASEN, s’était engagée en juin dernier auprès des enseignants du collège à conserver l’an prochain les moyens accordés pour 2018/19 et à tout faire pour favoriser les apprentissages des élèves, et on apprend maintenant que nos enfansn’auront même pas les conditions d’étude des 3° de cette année et que, de fait, ils n’auront plus de suivi personnalisé. Continuer à lire … « Nous demandons au rectorat de respecter la parole donnée ! »